La légende

logo blanc

Grand village

 

Nul ne sait quand et comment est née La Forge Des Montagnes.

 

 

Aussi loin que remonte la mémoire des plus anciens de nos terres, elle a toujours fait résonner l’air du tintement des coups de marteau sur l’enclume.

 

 

Elle est blottie dans une clairière isolée de nos montagnes où s’accrochent d’immuables langues de brumes, face aux vastes pleines d’en bas, une atmosphère tantôt majestueuse ou ténébreuse propre à inspirer à la main usant du marteau toute la grandeur de l’âme barbare.

 

 

Couteau classe

 

Nombreux sont ceux qui firent appel à ces lames. Les nains, les elfes et les hommes, tous recherchaient cette beauté primitive qui leur inspirait force et courage.

 

Les lames de La Forge Des Montagnes étaient rarement des armes car de tout temps, l’existence même de l’atelier avait pour but de doter l’être, quelque soit sa race, de son premier et principal outil : son couteau.

 

Couteau nain

 

Le couteau, un objet simple mais confectionné selon des rites ancestraux, il revêtait une âme digne des plus grands nobles de nos terres. Non qu’ils furent travaillés à base de matériaux rares et précieux, bien au contraire les bois et les aciers utilisés étaient frustes et rustiques, seuls l’esthétique barbare, l’aspect brut et l’usage à des tâches modestes et variées conféraient sa noblesse à l’objet tant recherché.

 

Le couteau de La Forge Des Montagnes vit et évolue selon l’usage de chacun, lame et bois s’anoblissent pour qu’il ne fasse bientôt plus qu’un avec son porteur.

 

Couteaux barbares

 

Si nous pouvions dénombrer les aventures auxquelles participèrent tous les couteaux forgés sur l’enclume de La Forge Des Montagnes ou parcourir tous les chemins qui virent passer ces lames à la ceinture de leur porteur, un millier de vies d’elfe n’y suffiraient pas.

 

Aux nouveaux porteurs des couteaux de La Forge Des Montagnes : prenez garde. Il faut être suffisamment fort pour contrôler leurs âmes barbares sinon c’est elles qui pourraient bien renverser la votre.

 

Ballrog